Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Comment aider mon enfant à se séparer de la tétine ?

Comment aider mon enfant à se séparer de la tétine ?

01-12-2020

Comment sevrer mon enfant de sa tétine ?

 

Environ 80% des bébés et petits-enfants en Occident ont une tétine.

Nous l’appellerons aussi tototte, tututte, sucette, choupette, autant de surnoms donnés par les familles, avec un seul objectif : apaiser bébé.

Il en suscite pourtant des débats, cet objet qui sert à téter ! Tototte a ses partisans et ses détracteurs.

Même pour ceux qui l’ont favorisé pour ses atouts, vient le moment où il faut apprendre à l’enfant à se séparer de sa tétine.

Et si l’on parle de sevrage, c’est qu’il s’agit bien de priver d’un plaisir.

 

La tétine, pourquoi ?

Elle apaise

Téter est un besoin physiologique du bébé, un besoin qui remonte à sa vie in utéro. Des images d’échographie montrent même parfois un fœtus suçant son pouce !

La succion permet au bébé de secréter de l’endomorphine, l’hormone du bien-être. De plus, à la naissance, l’association entre « téter » et « apaisement » est accentuée au moment où, blotti contre sa mère ou son père, il est nourri en sollicitant la succion (allaitement maternel ou biberon).

 

La tétine, pourquoi pas ?

Elle devient facilement un objet de dépendance et peut provoquer ainsi des troubles du sommeil : plusieurs fois dans la nuit, bébé perd sa tototte, il est trop petit pour la remettre seul dans sa bouche, il pleure, réveille ses parents qui se lèvent pour la lui redonner…

Il arrive aussi que les bébés nourris au sein, lorsqu’ils tètent la sucette plutôt que le sein, retardent la montée de lait chez la maman. La tétine est dans ces cas-là un obstacle à l’allaitement.

Enfin, à partir de deux ans, la sucette peut entraîner une déformation du palais.

 

La tétine : pas systématique, et son état vérifié régulièrement

Quand bébé pleure, il se peut qu’il réclame sa tututte mais pas forcément.

Ce n’est qu’en dernier recours, lorsque les parents se sont assurés que son besoin n’était pas autre (faim, soif, couche salie à changer, câlin…), qu’on peut lui donner sa choupette qui répondra alors, à son besoin de succion.

La sucette est donc à utiliser en dernier recours, après avoir vérifié le bon état de la téterelle (tirer dessus pour vérifier qu’elle ne se détache pas, et qu’elle ne s’effrite pas), et retiré l’attache-tétine pendant le sommeil de bébé.

 

Un sevrage en douceur

·       Choisir le bon moment

Dans l’idéal, il se fait entre les 4 à 6 mois du bébé, un âge où il peut commencer à s’apaiser autrement (doudou, veilleuse), et au moment où le réflexe de succion disparaît.

Cela demande au départ, et pour une courte durée, plus de disponibilité aux parents au moment où leur enfant doit s’endormir sans sa tototte, ou pour le calmer.

À l’inverse, il est préférable de ne pas commencer le sevrage vers les 8 ou 9 mois, un âge où les enfants connaissent l’angoisse de la séparation.

Tout moment « compliqué » est à éviter pour débuter la séparation d’avec la tétine : apprentissage de la propreté, changement dans sa vie (entrée en crèche ou en maternelle, déménagement, arrivée d’un petit frère ou petite sœur…).

·       Voici quelques conseils pour sevrer bébé de la tétine :

L’idée est de l’accompagner pour qu’il puisse s’en défaire petit à petit.

Limitez son usage

Vous pouvez commencer par ne l’autoriser qu’à la maison et sur son lieu de garde (crèche, assistante maternelle…), puis limitez les moments où l’enfant peut prendre sa sucette : juste pour dormir. Vous pouvez l’inviter à poser ou ranger sa tototte lorsqu’il parle, qu’il joue.

Encourager votre enfant

Soyez dans l’encouragement lorsqu’il s’en sépare et ne cédez pas à la pulsion que beaucoup d’entre nous avons eu de lui dire que la « tétine est pour les bébés » !

Autant que possible, faîtes le participer, et essayer de trouver les mots justes :

« Tu retrouveras ta choupette ce soir, laisse-là dans ton lit ». « Bravo, tu es grand.e tu as dormi sans ta tututte ». « Je t’entends mieux quand tu parles sans ta tétine » « Comme c’est agréable de discuter avec toi sans la sucette dans ta bouche ».

Aider le à s’apaiser autrement

Puisque la tétine est un réconfort, vous pouvez lui montrer d’autres manières pour en trouver : demander un câlin, s’apaiser avec son doudou, se parler…


Si à l’entrée à l’école votre enfant a toujours sa tétine ?

Arrive un moment où chaque enfant veut être «grand», et fait comme le groupe qu’il intègre.

Pour limiter votre propre pression dîtes vous bien que tous les enfants finissent par se séparer de leur sucette en grandissant. Que le sevrage se fasse avec rapidement ou qu’il soit long, il se fait toujours.

Ouf ! Un poids en moins !


Où nous trouver ?

Plus de 84 micro-crèches du réseau Les p’tits Babadins, trouvez la vôtre.